Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 07:28

Il y a des jours où il ne se passe rien et d'autres où tout se bouscule.


Hier, lundi, la journée débute comme toutes les autres depuis que je suis à l'hôpital, je suis réveillée par l'aide soignante qui vient prendre ma tension, 10 minutes après que j'ai réussi à me rendormir! Un entrainement au sommeil achuré qui m'attend sans doute... Je sais pourtant que cette journée est importante. Le monitoring du matin se passe sans encombre. En fin de matinée, je descends à l'échographie pour le doppler. Il est toujours bon. L'échographiste est sympa (je la vois deux fois par semaine depuis un mois maintenant, elle peut!!) et rend le moment agréable; elle passe en 3D, me montre le visage de la petite citrouille. Pas de cliché possible car la chipie a sa main devant son visage, qu'elle refuse de bouger malgré les tentatives de l'échographiste pour la faire bouger. Je vois quand même qu'elle a les joues rondes, un petit nez trop mignon, et déjà des cheveux me dit l'échographiste! Pour rire, elle les mesure; 7mm. De quoi attiser l'imagination... J'ai hâte de voir sa bouille!

 

Je remonte dans ma chambre, la sage femme vient m'osculter. Et là, belle et heureuse surprise; mon col est bien effacé, il a bien evolué en une semaine de temps, donc! La sage femme me dit que c'est bien et que c'est de bonne augure, mais qu'elle ne m'en dit pas plus, c'est le docteur R. qui va venir me le dire. Quel suspens... Je devine que vu que mon corps a bien travaillé, qu'à 39 SA + 2 jours, le bénéfice d'un déclanchement est aussi important que de poursuivre la grossesse.

La décision est prise et annoncée; le déclenchement aura lieu demain, mercredi! Les conditions sont réunies pour un accouchement par voie basse (petit bébé, col prêt...). Si petite citrouille ne tolère pas les contractions, une césarienne aura lieu. Mais pour l'heure, je me prépare à un accouchement par voie basse.

Je serai donc déclanchée avec une perfusion d'ocytocine, mercredi matin, ensuite, le temps fera son oeuvre et petite citrouille arrivera dans les heures qui suivent!

 

Comment je me sens?

Je suis sur-excitée! J'ai l'impression d'attendre un colis commandé il y a fort fort longtemps et qui va arriver (c'est un peu vrai ceci dit!). J'ai demandé aux sages femmes de bien m'expliquer le déroulement du déclenchement, les différentes étapes. Je peux me passer et me repasser le film pour appréhender le moment.

Finalement, cette médicalisation a tendance à me rassurer, il y a peu de part à l'inconnu et je sais que je suis entourée, surveillée. Tant que petite citrouille va bien, je me fiche un peu de l'accouchement que je vais avoir.

 

Je n'arrive pas bien à analyser ce que je ressens car je suis toute excitée par cette nouvelle!!

 

 

Repost 0
Published by magicitrouille-devient-magicmaman - dans Mois 9 citrouillesque
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 07:55

Je ne sais pas trop sur quel pied danser car d'une part, les sages femmes ne cessent de me dire que le mieux serait que je débute le travail seule afin d'échapper à un déclenchement. Lundi dernier, j'ai été osculté, mon col n'était pas du tout modifié. rien d'anormal à 38 SA m'a expliqué la sage femme, encore plus pour une femme qui n'a jamais eu d'enfant. Pour le modifier, il faut des contractions. On m'invite donc à bouger (un comble après m'avoir demandé de me reposer!). Mais d'autre part, les contractions provoquent une décélération du rythme cardiaque de la petite citrouille, donc c'est un peu effrayant pour moi. Avouez qu'il y a de quoi être un peu perdue.

La semaine passée j'ai eu un petit peu plus de contractions. Rien de douloureux, ni de régulier. Peut être en une semaine mon col s'est-il modifié? Si tel est le cas, cela faciliterait la décision du Docteur R. de déclencher l'accouchement par une perfusion d'ocytocine. En effet, les monitorings ne sont plus aussi bons qu'ils étaient, il y a fort à parier que petite citrouille grandira et grossira mieux dehors désormais. Mais ce ne sont que des suppositions de ma part, je ne sais pas ce que va dire le docteur R. Je le vois aujourd'hui, je ne sais pas à quel moment encore. Il va sans doute me refaire un doppler, regarder l'état du placenta et m'osculter pour voir si, en effet, le col s'est un peu maturé. En fonction de cela, il décidera de la meilleure chose à faire pour la petite citrouille.Je m'en remets complètement à lui. Je lui ai fait confiance jusque là, il serait idiot de remettre son jugement en compte aujourd'hui.

 


L'Homme dit qu'il trouve difficilement compréhensible d'aller contre la nature; de "provoquer", "déclencher" l'accouchement. Comme il n'est pas à une contradictions près, il me dit aussi qu'il ne comprend pas pourquoi on ne pratique pas plus de césarienne. Cela lui paraît tellement plus "facile"... J'ai expliqué les risques et les conséquences d'un tel acte qui n'est jamais pratiqué de gaité de coeur par les gyneco obstétriciens.


Je sais que dans le cas de petite citrouille et de son petit gabarit, l'équipe ne prendra pas de risque et que je serai sans doute plus facilement orientée vers une césarienne. Même si l'idée ne me réjouit pas entièrement, je sais que cela sera pour le bien de la petite citrouille et je mets avec facilité de côté mes envies à moi. Même si parfois, ne pas savoir ce qui m'attend me fait un peu peur...

Repost 0
Published by magicitrouille-devient-magicmaman - dans Mois 9 citrouillesque
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 10:28

Je tente un article par jour, ambitieux n'est ce pas?

 

Hier, samedi, j'ai demandé une permission de sortie pour l'après midi, comme le week-end dernier. De 14h à 20h. Je suis heureuse en me réveillant, rien qu'à l'idée de faire autre chose. Le docteur R. était de garde cette nuit, il passe donc me voir pour me rassurer sur le monito de la veille (petite décélération du rythme de petite citrouille après les contractions). Il m'explique que cela arrive parfois chez les foetus et que ce n'est pas propre aux retards de croissance. Il me dit que si les monito du matin et du début d'après midi sont bons, je peux sortir. Me voilà rasurée, j'avale mon petit dej de bon coeur.

 

Le monito du matin est bien mais pas exceptionnel, celui du début d'après midi est dans la même lignée. La sage femme de garde est très sympa, j'ai un bon feeling avec elle, elle parle franchement et j'aime ça. Elle me propose de sortir mais de revenir pour dîner (à18h) et que nous refassions un monito avant sa relève, à 20h. J'essaye de négocier (comme les ados!) mais elle n'a pas besoin de m'expliquer lontemps que je suis hospitalisée pour de réelles raisons et que c'est avant tout pour le bien de mon bébé que je suis ici. Elle me dit ce que je sais déjà; je m'en voudrais terriblement qu'il arrive quelque chose à ma petite citrouille pour quelques heures supplémentaires hors des murs de l'hôpital.

A 14h, me voilà prête à profiter de mon après midi avec l'Homme. Il m'attend déjà dans la voiture en bas, garé en double file. Il a besoin d'aller dans deux magasins. Je me dis que ça me fera du bien de voir autre chose et de faire du lèche vitrine. Nous avions oublié que nous n'étions pas seuls sur terre et avons perdu pas mal de temps dans les bouchons...je suis véxée de passer mes quelques heures de liberté, coincée dans les embouteillages d'un parking. J'en pleure même! Avec le recul, je me rends compte que c'était bien ridicule...ah les hormones!!

 

Nous finissons l'après midi à la maison, pendant que l'Homme nous prépare un bon smoothie, je promène notre chien qui semble content de me voir (j'ose le croire!). Je profite, de ce moment de liberté qui m'est offert. Nous finissons l'après midi lovés dans le canapé avant que l'Homme ne me ramène à l'hôpital. Je n'ai que peu profité de mon après midi finalement. Un peu inquiète, un peu stressée; je ne sais pas trop ce qui m'attend pour les jours à venir.

 

Le monito du soir est bon, mais je n'ai pas de contraction durant celui ci et c'est là où le rythme décélère.

 

J'espère pouvoir sortir un peu plus longtemps aujourd'hui si les monitorings le permettent et profiter de mon Homme et de quelques copains qui viennent pour gouter à la maison, nous mangerons des crèpes!!

Repost 0
Published by magicitrouille-devient-magicmaman - dans Mois 9 citrouillesque
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 08:53

Je termine, en effet, ma 3eme semaine à l'hôpital et je débute la 39e SA. Je tiens le bon bout, j'en suis consciente, d'autant que cela profite bien à la petite citrouille. J'ai partagé ma joie en direct sur HelloCoton lundi soir, la dernière échographie a montré qu'elle poursuivait sa croissance et son poids estimé est 1,900kg.
Je crois fort désormais qu'elle arrivera à atteindre les 2kg. Même si cela paraît très peu, c'est une belle victoire pour nous qui revenons de loin! Désormais, nous savons qu'elle arrivera à terme (ou quasi), ce qui est très rassurant car cumuler retard de croissance et prématurité auraient pu multiplier les conséquences. Aujourd'hui, nous sommes "uniquement" face au retard de croissance.

J'ai tenté de chercher sur Internet quelles pouvaient être les conséquences d'un RCIU né à terme. Elle n'ont pas été probantes. Je n'avais pas fait ces recherches il y a quelques mois en arrière, n'espérant croire que j'arriverai là! Je remercie encore les lectrices qui m'ont envoyé leur témoignage m'indiquant que leurs enfants avainet connu un RCIU et qui se portaient très bien aujourd'hui. D'autres sont-elles dans ce cas? Quelles ont été les prises en charge à la naissance?

 

Mon petit quotidien hospitalier continue avec les trois monitoring par jour et deux dopplers par semaine. Je commence à trouver casse pied les règles de la collectivité à observer (lever et repas à heures fixes, allers et retours du personnel hospitalier dans la chambre, bruits du service la nuit....), mais bon...je prends les petits bonheurs là où ils sont. Tant que les monitorings sont bons, j'ai des permissions de sortie possibles. Le week-end dernier, j'ai pu en profiter de 14h à 20h. Je suis rentrée à la maison, cela faisait 15 jours que je n'étais pas rentrée, quel plaisir de retrouver son chez-soi alors!

J'ai pu renouveler l'expérience mercredi après midi, ce qui m'a permis de "couper" la semaine. Je pense pouvoir faire la même chose ce week-end également. Je suis bien contente!

 

Voilà pour queques nouvelles que certaines lectrices m'ont réclamées. je vais tenter d'être plus assidue à l'écriture (d'autant que j'ai le temps!)

Repost 0
Published by magicitrouille-devient-magicmaman - dans Mois 9 citrouillesque
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 19:33

J'achève mon 11e jour à l'hôpital, dans le service "grossesse à risque élevé" (l'expression fait un peu peur...). Je vous fais partager mon quotidien du moment.

 

7h30 : une gentille aide soignante tape doucement à la porte de ma chambre, l'ouvre et me dis "bonjour" à douce voix. Il fait noir dans ma chambre, mais le couloir est allumé. La lumière crue me réveille, heureusement la dame est douce et prend ma tension et ma température aussi doucement et aussi rapidement que possible pour que je puisse me rendormir. D'ailleurs elle me glisse "continuez à dormir, à tout à l'heure"

 

8h15 : parfois j'ai réussi à me rendormir, parfois non, car mon estomac peut crier famine (le dîner est loin!). La même gentille dame revient avec mon petit déjeuner. Après 12 jours dans ce service, j'ai réussi à avoir 2 petits pains et 2 petts beurre pour le petit dej, au lieu d'un! Le matin, j'ai faim et le petit dej est un peu trop léger à mon goût. J'ajoute au thé et aux tartines, un verre de jus d'orange que mon Homme m'a emené dès le début de mon séjour ici, et un yaourt nature.

 

9h : J'investis la salle de bain. Hôpital ou non, je ne suis pas malade, je mets un point d'honneur à m'habiller chaque jour. Je prends ma douche, la pièce qui sert de salle de bain (comme dans les bungalows) est tout en plastique et la douche est ouverte. il faut donc s'organiser pour ne pas tout tremper. j'ai pris le coup, mes afffaires restent dehors et j'éloigne les objets qui craignent l'eau. Je prends mon temps, je me maquille, je m'habille comme si j'étais à la maison. Je ne porte donc pas de jogging ou de pyjama. Ainsi, je me sens bien dans ma peau.

 

Souvent entre temps mon Homme a, lui aussi, débuté sa journée et il m'appelle au moment de la promenade matinale de notre boule de poil. Cette promenade, d'habitude, c'est moi qui m'en occupe. Elle me manque. j'aime le froid matinal en hiver, voir le jour se lever doucement, j'aime la fraîcheur encore présence à cete heure là en été. J'aime suivre le même petit rituel, emprunter le même chemin. Mon chien aime ça aussi on dirait car il me devance toujours. Quand il me prend l'idée de changer d'itinéraire, il me regarde quelques secondes avec surprise avant de me suivre.

Nous échangeons quelques mots, parfois beaucoup plus selon notre envie. Ça me fait du bien de l'entendre, ui de me retrouver un peu après une nuit sans moi.

Je le laisse vaquer à ses occupations pour qu'il puisse débuter sa journée de travail.

 

10h : Je continue de lire mes emails pro même si j'ai du mettre entre parenthèse mon activité. je réponds aux urgences qui commencent à se faire de plus en plus rares. Pendant ce temps, je laisse la porte de ma chambre ouverte, j'ai besoin de renoueler l'air, d'entendre des vrais gens, de voir de nouvelles têtes... En milieu de matinée a lieu le premier monitoring de la journée, c'est également le moment où je rencontre la sage femme de garde pour la journée. Elle me pose quelques questions pour savoir comment je me porte. Ce sont toujours les même, je les connais bien maintenant : bébé bouge bien? Des pertes de sang? De liquide? Comment est votre digestion? Des maux de tête? des mouches devant les yeux? des contractions?

Pendant ce temps elle me pose des capteurs du monitoring, l'un pour mesurer le rythme cardiaque de la petite citrouille et le second pour mesurer les contractions. Souvent le matin, c'est "l'Oxford" qui m'est posé. Ce monito visiblement plus intelligent que les autres, me demande d'appuyer sur une petite poire lorsque je sens les mouvements du bébé. Avec ces infos, le rythme cardique et les contractions éventuelles, la machine établit un score. En deça de 5, c'est un signe d'alerte. Pour le moment, les scores relevés pour moi sont entre 7,2 et 9,4. Pas d'inquiétude, donc.

 

11h : la gentille dame et une autre font le ménage dans la chambre, me donne une bouteille d'eau minérale, papoe quelques minutes avec moi, blaguent entre elles. C'est agréable!

 

12h : le déjeuner est servi! Les repas sont bons dans l'ensemble. Pour moi, la nourriture c'est le nerf de la guerre. Si les repas n'étaient pas bons, je déprimerai un peu. Heureusement ce n'est pas le cas, j'ai la chance de pouvoir choisir la veille ce que je souhaite manger (entre deux propositions pour chaque plat). Les légumes sont bien cuisinés. Pas de légumes à l'eau ou autre viande bouillie, je mange comme si je cuisinais à la maison, pour le quotidien. Rien d'incroyable mais bon,en quantité suffisante et équilibré. Cela me convient bien!

 

Mes après midis sont différents la semaine ou le week-end. J'ai plus de visites le week-end car les copains ne travaillent pas. La seule chose qui ne varie pas c'est le monitoring de l'après midi qui a lieu entre 14h et 16h, selon l'organisation du service, durant 30 minutes, sauf si un point d'appel demande à le prolonger comme ça a été le cas cet après midi.

Avant ou après, je vais prendre l'air, soit seule, soit avec ceux qui sont venus me rendre visite. Je connais bien le quartier maintenant!

 

18h : le dîner est servi! Oui le dîner est servi très tôt, d'où ma faim de loup le matin, voire parfois en pleine nuit lorsque je me réveille. La soirée paraît longue ensuite lorsque je n'ai pas de visite (ce qui est rare car c'est l'heure à laquelle les copains sortent du boulot et où ils peuvent passer même 30 minutes). Mon Homme vient me voir chaque jour, soit le soir, soit à l'heure du déjeuner. Je sais que son quotidien est un peu bouleversé depuis mon hospitalisation. La gestion des tâches quotidiennes que nous gérions à deux lui reviennent entièrement désormais. En plus du boulot, où il redouble d'effort car il sait que le temps lui manquera sans doute une fois que la petite citrouille aura pointé le bout de son nez.

Comme mon moral est bon, je lui ai expliqué qu'il n'était pas forcé de passer de longues heures avec moi. J'ai besoin de temps avec lui où je le sens calme et disponible, disposé à profiter du temps avec moi. J'ai besoin d'un temps de qualité, pas forcément de quantité. Il l'a compris et arrive toujours souriant, près à me faire passer un bon moment avec lui.

 

21h : Dernier monitoring de la journée. C'est aussi le moment où je rencontre la sage femme de garde pour la nuit. Souvent elle est très à l'écoute, et c'est bien car j'ai parfois des questions, des angoisses avant de dormir. Elles répondent toujours avec gentillesse et calme. Seule une en 11 jours a été très bourrue, m'a un peu inquiétée car le rythme cardiaque de la petite citrouille déccélerait à chaque contraction (3 en 40 minutes si je me souviens bien).

 

J'ai également deux dopplers par semaine.

Jusqu'à présent les monitoring et les dopplers sont plutôt bons. Rien qui demande à "faire sortir" la petite citrouille car elle montre des signes de faiblesse. J'ai hâte d'être à la prochaine écho (lundi ou mardi prochain) pour voir si elle a maintenu sa croissance ou non. Si tel n'est pas le cas, le docteur R. m'indiuera qu'il n'y a plus de bénéfice à la laisser in utero, le déclenchement aura donc lieu. Si la croissance continue, je pourrais aller jusqu'au bout (sauf si d'autres signes montrent une souffrance)

 

Je pense avant tout à ma petite citrouille qui s'est bien battue pour arriver jusque là. Si elle continue de grandir, je resterai à l'hôpital, ce n'est pas drôle mais je n'ai pas le droit de me plaindre. Je suis là pour elle. C'est mon plus beau cadeau. Elle est bien surveillée et si elle a besoin de plus de temps au chaud, je me dois de lui offrir, c'est mon boulot de maman. Je lui dois bien cela!

Repost 0
Published by magicitrouille-devient-magicmaman - dans Mois 9 citrouillesque
commenter cet article